Résolutions du Nouvel An : et si cette année était la bonne ?

1. Arrêter le sucre 2. Faire plus de sport 3. Passer moins de temps sur les écrans 4. Prendre plus de temps pour moi…

Le Nouvel An est toujours un moment excitant. Une nouvelle page s’ouvre. Avec enthousiasme, nous imaginons qui nous voudrions être, quelles habitudes ou quels comportements nous souhaiterions modifier ou éradiquer. Nous sentons un regain de motivation et tout semble possible. Cette année sera différente.

Et pourtant, les statistiques semblent être contre nous. Une étude menée en 2019 par l’agence d’intérim Qapa révélait que 85 % des Français n’arrivent pas à tenir leurs résolutions.

Si vous lisez cet article, il n’est pas impossible que, tout comme moi, vous ayez déjà fait partie des 85 % qui se sont inscrits à des cours de sports, ont acheté une tenue top de chez top et n’ont mis les pieds à la salle (ou à la piscine) qu’une ou deux fois en janvier.

« Fixez des objectifs réalistes. Définissez un objectif précis. Divisez votre objectif en plus petites étapes. Soyez discipliné(e). Parlez-en à votre entourage. »

Autant de recommandations raisonnables et logiques, sans doute utiles pour nombre d’entre nous, mais qui ne parlent pas à tout le monde. Pour certaines personnes, quelques étapes supplémentaires sont nécessaires avant de pouvoir tirer pleinement profit des conseils « classiques ».


  1. Pensez positif et en cohérence avec vos résolutions

Parmi les statistiques que l’on trouve sur les nouvelles résolutions, certaines études américaines se sont intéressées au pourcentage d’individus qui s’attendent à ne pas réussir à tenir leurs résolutions. Ces personnes veulent donc se fixer des objectifs, mais se disent d’avance qu’elles ne vont pas y arriver. Autrement dit, ils se préparent à foncer droit dans le mur.

Petit fait important sur notre esprit : nous ne pouvons pas fonctionner avec des pensées contradictoires. L’une prend forcément le pas sur l’autre. Et généralement, celle qui gagne est celle qui nous protège, nous garde dans notre zone de confort ou à laquelle nous associons le plus de plaisir.

Vous ne parviendrez pas à vos objectifs si d’une part vous vous dites que vous désirez ce changement mais que d’autre part vous vous répétez que vous n’y croyez pas ou que ça va être un calvaire d’y arriver.

Je veux arrêter le sucre vs. Les gâteaux c’est mon pécher-mignon, je ne peux pas m’en passer. Je suis faible.

Je veux faire plus de sport vs. Il n’y a rien qui me détend plus que de m’affaler devant la télévision. Le sport ça n’a jamais été mon truc.

Je veux perdre du poids vs. J’ai déjà essayé plein de régimes, rien ne marche et je manque de discipline et de volonté.

Il est essentiel, avant même de vous lancer dans vos résolutions, d’adopter des pensées positives et surtout cohérentes avec vos objectifs. Ou tout du moins des pensées neutres.

Vous ne pouvez pas espérer aller régulièrement faire du sport si parallèlement à ça vous répétez à qui veut l’entendre que vous n’êtes pas sportif(ive) ou que vous détestez faire du sport. Votre esprit va sélectionner la pensée « zone de confort » et vous empêcher de changer. Vous penserez alors avoir échoué, comme vous vous y attendiez.

Ces contradictions de pensées se retrouvent fréquemment chez les personnes souhaitant arrêter de fumer (pour plus d’informations consultez cet article)


  1. Repensez l’« échec » : tout n’est pas noir ou blanc

Il va également être primordial de surveiller les pensées trop dans les extrêmes.

Comme évoqué au point précédent, à cause de notre zone de confort, modifier une habitude ou en adopter une nouvelle n’est pas chose aisée. Vient s’ajouter à ça la notion d’« échec ».

Tout d’abord, nous redoutons quasiment tous l’échec. Nous nous jugeons durement lorsque nous ne parvenons pas à atteindre nos objectifs tels que nous nous les sommes fixés.

Vous avez décidé d’arrêter le sucre, vous avez tenu une semaine, mais vous êtes invité(e) pour la galette. Vous êtes chez des amis ou de la famille et vous ne vous sentez pas de refuser. Et puis… C’est bon la galette… Vous cédez, vous prenez une part. Mais on vous repropose « une petite part ». Aïe. Vous acceptez. Et c’est ainsi que débute la spirale : « Je n’ai pas tenu. Je suis vraiment nul(le) ». Le lendemain, un petit déjeuner au bureau, une viennoiserie, un gâteau. Vous avez abandonné et vous avez honte de vous. Votre esprit murmure « tu vois, tu n’y arrives pas. Laisse-nous revenir dans la zone de confort. Arrête de te débattre. Tu adores le sucre ! » L’excitation de la nouvelle année s’est évanouie et vos dialogues inconscients prennent le dessus.

C’est là qu’il faut que vous chassiez les pensées extrêmes de type « J’y arrive sans écart ou sinon je n’ai pas réussi à tenir mes résolutions ». Pourtant, un écart annule-t-il les efforts précédents ? Reprenez votre résolution. Vous aviez tenu un jour ? Vous pouvez tenir encore un autre jour. Vous aviez tenu une semaine ? Vous êtes donc capable de tenir une autre semaine. Plus vous vous en voulez et plus vous donnez de poids aux pensées négatives qui vous ramènent dans la zone de confort.

Focalisez-vous sur le processus, les progrès, l’avancement, plutôt que sur l’idée de « réussir sans faire d’écart ». Car c’est cette exigence qui vous empêchera d’accomplir quoi que ce soit. Avancez un jour après l’autre.


  1. Négociez à l’avance avec vous-même

« Soyez discipliné(e) ». Quel conseil extraordinaire. Merci, nous n’y avions pas pensé !

Personnellement, je n’ai aucune discipline. Je veux manger équilibré. Mais je n’ai pas été faire de courses… Je vais devoir commander quelque chose. J’ai toujours des excuses et de bonnes raisons à foison. Est-ce qu’elles sont « valables » ? Oui. Est-ce qu’elles sont insurmontables ? Non.

Ce point est capital, car il s’agit d’anticiper les excuses et raisons de « ne pas faire » pour qu’elles ne vous retiennent pas dans votre avancement.

« Je me sens moche dans mes tenues de sport, j’ai honte ». Cherchez le compromis avec vous-même. Pourquoi ne pas chercher une tenue dans laquelle vous vous sentirez bien ou suivre des cours en ligne si vous êtes mal à l’aise avec le regard des autres ?

Identifiez à l’avance vos excuses et cherchez des stratégies pour les rendre impossibles à justifier auprès de vous-même.


  1. Arrêtez d’attendre d’être motivé(e)

La perte de motivation a été identifiée comme la raison principale pour laquelle nous ne tenons pas nos résolutions. Tant que vous surfez sur la vague du renouveau, tout va bien et puis pouf. La flemme. Pas le courage. La fatigue. La lassitude.

« Soyez motivé(e), déterminez pourquoi vous voulez changer telle ou telle habitude. »

Là encore, cela n’a jamais suffi à me faire lever de mon canapé. Il y a toujours quelque chose. Vous voulez, mais vous ne faites pas. Pourtant vous savez que vous devriez. Vous vous en voulez. Mais vous ne faites pas. Et vous voilà au cœur du fameux cercle vicieux de la procrastination (qui méritera de nombreux articles à venir).

La motivation ne peut pas s’exprimer si elle est embourbée sous des pensées inconscientes négatives, des croyances limitantes et des peurs. Si vous attendez ou espérez agir lorsque vous en aurez la motivation ou l’envie, vous ne ferez rien. Attendre la motivation vous maintient dans votre tête. Alors que pour accomplir ce que vous souhaitez faire, vous devez… Bouger.

Vous avez tenu une semaine, vous avez fait votre sport, mais là… Le canapé vous appelle. Levez-vous et dépliez votre tapis.

Vous avez réussi à manger équilibré pendant deux semaines, mais ce soir vous êtes fatigué(e) et se faire livrer c’est si simple… Choisissez ce que vous voudriez manger dans votre frigo et posez les ingrédients sur le plan de travail.

Ne pensez pas en termes d’action finale (faire du sport, manger équilibré, etc.) Commencez. Sortez le tapis, levez-vous, sortez le sac de courses, prenez une feuille pour faire une liste, posez le téléphone. Peu importe quel est votre objectif. Commencez. Bougez. La motivation vient après.


Vous souhaitez en savoir plus sur comment la Thérapie de transformation rapide (RTT) peut vous soutenir dans la réalisation de vos objectifs ? Prenez rendez-vous pour un appel gratuit de découverte et échanger avec votre praticienne en cliquant ici.